La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Approche psycho-corporelle et non-duelle

« Restez où vous êtes, ne changez pas votre façon d'être mais devenez disponible à votre fonctionnement émotionnel, intellectuel et sensoriel. Le silence que vous cherchez ne se trouve pas quelque part mais dans votre présence à ce qui se présente. » c’est ce que disait Jean Klein qui a diffusé le message de la non-dualité en Occident.

 

Pour qui 

- Les schémas affectifs et relationnels : les schémas répétitifs, les blessures, les peurs, les enjeux (distance, fusion), la réactivité, les défenses, la communication, la perception des limites.

- La conscience de soi : les schémas de pensées récurrents, les enjeux, les quêtes, les besoins de contrôle, le jugement, l’image de soi, les conditionnements. Développement de l’acceptation de soi, de l'auto-régulation émotionnelle (ressentir, traverser), de la sécurité intérieure, de l’ancrage. Les croyances notamment spirituelles : quels sont les enjeux, les besoins, les défenses (le détournement spirituel qui nourrit et renforce la structure de défense).

- Approche non-duelle - Etre présent avec ce qui Est : les opposés, les illusions, les identifications, les représentations mentales ou histoires à propos de vous-même, des autres ou à propos du monde. La structure d'attachement/refus (je veux/je ne veux pas) : au niveau des émotions, les quêtes spirituelles, la quête d’un moi idéal, etc.


La « pratique » 

Les séances ne sont qu’une partie de l’accompagnement car en général, il y a aussi la mise en pratique dans sa vie de tous les jours de ce qui permet de basculer d’un mode défensif, dans le contrôle, duel et fermé vers une perception ouverte, disponible, non-duelle et non-défensive   

1. Voir : ramener son attention à l'intérieur de soi et voir ses comportements, ses défenses, sa réactivité, ses pensées, ses enjeux, sa structure sans jugement de soi.

2 Ressentir : ressentir toutes nos émotions sans qu'aucune ne soit refusée ou jugée permet leur auto-régulation et leur libre circulation et développer notre perception des limites permet de sortir des jeux de pouvoir et d'avoir un contenant. 

3. Accepter : l'acceptation est une posture non-défensive qui n'est pas volontaire et qui advient automatiquement quand on se libère de son système de défense de lutte, fuite, contrôle ainsi que du fonctionnement de refus/attachement. L'acceptation est très puissante car elle permet de passer d'un rapport non-aimant avec soi (et donc avec les autres) vers un rapport à soi qui est aimant. 

4. Agir : l'action qui est ancré dans l'effort, dans la volonté, dans la quête du devenir (vouloir atteindre, recherche de perfection, recherche à devenir un idéal du moi, etc.) est basée sur des peurs, une recherche de contrôle et de l’évitement. Quand cela lâche, alors l'action se fait de manière naturelle et spontanée à partir de ce qui EST et non plus à partir de ce que l'on aimerait que la vie ou les choses soient.

Les séances

Nous faisons d’abord une première séance afin de parler de l’objectif de votre venue et pour clarifier si nous pouvons continuer le parcours ensemble.

Ces rencontres peuvent soit être des rendez-vous ponctuels avec ce qui est en train d'émerger et de se vivre dans l'ici et maintenant comme vécu, frein, résistance, effondrement, déconstruction, épreuve. Soit il peut y avoir un suivi de plus longue durée pour la construction des limites et l'intégration des ressources d'auto-observation et d'auto-acceptation. Quoi qu'il en soit en étant pleinement à l'écoute de vous-même vous êtes celui qui peut ressentir ce qui est juste en toute autonomie.

En plus d'un échange verbal il peut y avoir des exercices perceptuels en lien avec ce qui est exposé pour entrer dans son ressenti (avec des chaises, des coussins ou des cerceaux), du mouvement, de la danse, de la méditation, du toucher sécurisant, de la respiration, etc.

 

La présence à ce qui Est - la non-dualité 

Cette approche mène à s'ouvrir à votre nature profonde, à changer votre regard depuis une recherche de contrôle sur la vie, avec des buts, des objectifs, des quêtes, un désir de perfection, des attentes vers un regard simplement disponible, accueillant et qui laisse le flot de la vie vous traverser en étant pleinement présent à tout sans rien refuser, sans s'accrocher à rien, juste laisser le mouvement de la vie "être". C'est cet accueil qui permet à vos défenses de se relâcher, ce qui va changer votre regard qui devient de plus en plus libre, ouvert, vaste, avec une paix profonde quoi qu'il advienne, que ce soit confortable ou inconfortable. Dans ce basculement de regard, il n'y a rien à faire, mais juste être là. Le "moi" ne tient plus les rênes par la volonté.
Ce basculement ou ce processus qui n'est pas volontaire parce qu'il se fait de lui-même nous entraine à être avec, à lâcher toutes nos résistances. C'est tous nos repères et nos conditionnements qui s'effondrent et notre perception devient de plus en plus non-duelle donc sans conflits en soi et sans rien qui ne s’oppose.


Voilà un témoignage très parlant de Franck Lopvet qui était d’abord dans du développement personnel ancré dans la dualité pour finalement s’ouvrir à la non-dualité. Voici aussi une courte explication de Brigitte et Ken qui permet de distinguer un accompagnement depuis la perception duelle, ce qui va alors toujours nous maintenir dans les illusions avec toutes les histoires que l'on se raconte et l’approche non-duelle qui devient libre de toute quête ou toute attente pour s’ouvrir à la présence à ce qui Est. Il y a aussi cette conférence de Arnaud Desjardin qui explique aussi le « oui », le « être avec ».

 

En préambule 

Pour une question d’éthique, j'ai une bonne connaissance de la psychopathologie et des différents troubles de la personnalité malgré que je ne suis pas psychologue mais c'est ce qui me permet de déceler si nous pouvons faire ces rencontres ensemble ou si il est plutôt nécessaire de consulter un psychologue afin de construire d'abord un niveau de sécurité intérieure suffisant. En effet la non-dualité est la continuité d'un travail sur soi de nature psychologique sauf qu'il mène à la racine de la souffrance pour s'en libérer et accéder à la paix intérieure durable. Le travail que je propose est complémentaire avec une thérapie classique dans le sens où je travaille au niveau du ressenti corporel ce qui n'est pas le cas dans une thérapie classique mais c'est ce qui les rend complémentaires. Il est nécessaire d'avoir une personnalité psychologique qui est suffisamment solide et secure pour que les défenses puissent lâcher petit à petit. Si l'insécurité est trop importante alors il est recommandé de consulter exclusivement un psychologue.