La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Accompagnement individuel : relaxation 

Cet accompagnement vous permet de construire un rapport aimant, bienveillant et doux avec vous-même et de développer votre conscience corporelle et l’auto-régulation émotionnelle et mentale, mais aussi de prendre du recul sur vous-même. Dans la majorité du temps ce n’est pas l’environnement qui est stressant, mais c’est bien la manière dont vous l’appréhendez qui produit le stress. Il est souvent difficile de s’apaiser de manière durable, et telle est la finalité de ces séances en plus de s’accorder un moment à soi.

- Quelle est votre relation avec vos émotions ou vos pensées  ? Pouvez-vous simplement être Avec vos émotions ou vos pensées, les écouter et les accueillir ou y a-t-il du jugement, du refus et une division entre des pensées et émotions positives vs négatives avec par conséquent une fixation mentale de recherche de contrôle, avec le désir de vous en débarrasser, une lutte contre, un désir de transcendance ?

- Quelle est votre relation avec votre corps ? Êtes-vous perpétuellement en lutte contre lui, avec du contrôle, une fixation mentale, des quêtes ?

- Quelle est votre relation avec vous-même ou votre vie ? Est-ce que vous vous acceptez tel(le) que vous êtes ou vous êtes pris(e) dans des quêtes d’amélioration, de guérison, d’évolution, d’ascension, de pureté, de monter votre taux vibratoire avec des tas de pratiques et de rituels ? Y a-t-il une situation dans votre vie qui est totalement inacceptable et qui implique une quête perpétuelle de vous en débarrasser par une recherche de méthodes, d’outils, de techniques de développement personnel ?

- Quelle est votre relation avec la vie ? Pouvez-vous accepter l’incertitude et l’inconnu ? Pouvez-vous vous laisser porter par la vie telle qu’elle se manifeste ou cherchez vous à la contrôler pour la faire advenir comme vous aimeriez qu’elle soit avec par exemple de la visualisation, des demandes à l’univers ? Avez-vous besoin de lui donner un sens ?

- Comment manifestez vous vos limites ? Êtes-vous à l’écoute de celles-ci ou vous n’arrivez pas à dire non ou à écouter les signaux d’alerte au point de vous épuiser ? Est-ce que vous êtes votre propre référent ou êtes-vous dans des jeux de pouvoir en donnant tout votre pouvoir à un autre ou à un objet (pendule, cartes) qui vous donne des « réponses » toutes faites à vos questions sur le sens de la vie ou de vos épreuves, des étiquettes, des injonctions ? Êtes-vous dépendant de la bonne parole de ces personnes ou de ces objets ? Croyez-vous être le créateur de tout ce qui vous arrive ou que vos pensées influencent l’univers ?

- Quelles sont vos illusions et croyances, et notamment les croyances spirituelles ? Vous permettent-elles d’affronter la réalité ou plutôt de la fuir ? Vous permettent-elles d’être en paix ou elles vous maintiennent dans des quêtes perpétuelles de vouloir atteindre quelque chose, de vouloir toujours « + », une recherche de se conformer à des critères de ce qui serait bien vs mal, ou spirituel vs non-spirituel avec des injonctions et des interdits ? Y a-t-il de la culpabilité et de l’épuisement ? 

Nous allons donc mettre en lumière vos refus, vos quêtes, vos conditionnements, vos croyances, vos injonctions et vos limites, et les conséquences au niveau des réponses défensives (lutte, contrôle, fuite, obsessions) impliquant alors du stress, de la culpabilité et de la pression. Nous allons regarder sur quels enjeux cela repose. Cela nécessite de se déconditionner totalement des injonctions du développement personnel ancré dans l’endoctrinement du new age qui est dualiste ce qui mène forcément à rejeter des parts de soi tout en cherchant à correspondre à un idéal de soi donc à se diviser intérieurement, à s’enfermer dans une image de soi valorisante, à se croire illusoirement séparé de quelque chose qu’il faudrait atteindre ce qui mène à des quêtes sans fin et à vivre dans des illusions afin d’éviter d’affronter la réalité.

Plus vous fonctionnez à partir d’une capacité de présence avec ce qui est - donc non-défensive - envers vous-même, vos émotions, vos pensées, vos peurs, la vie, plus le contrôle et les résistances lâchent, ce qui mène à une paix durable quoi qu’il advienne. C’est donc la relation avec votre réalité qui change : voir, laisser être et agir à partir de ce qui est, à partir de la réalité plutôt que de s’enfermer dans des quêtes idéologiques sans fin. C’est donc avant tout un processus intérieur de réunification en vous-même puisque c’est la non-acceptation de soi qui mène à la lutte et au combat contre soi, et par conséquent envers l’extérieur donc contre la vie, contre les autres. Quand il y a acceptation de soi, il n’y a simplement plus rien à atteindre et plus de quêtes. Et alors on se fout la paix…

« Restez où vous êtes, ne changez pas votre façon d'être mais devenez disponible à votre fonctionnement émotionnel, intellectuel et sensoriel. Le silence que vous cherchez ne se trouve pas quelque part mais dans votre présence à ce qui se présente. » Jean Klein

« La pire maladie des hommes provient de la façon dont ils ont combattu leurs maux » Nietzsche 

Les séances

Suite à votre prise de rdv, je vous envoie un document à remplir pour préparer le bilan de la première séance.

Les séances durent 1h-1h15 (parfois jusque 1h30 pour la 1ère séance). Les séances sont espacées de minimum 10 jours et maximum 3 semaines pour laisser un temps d’intégration entre chaque séance. Le but étant de favoriser l’autonomie, c’est une thérapie brève de quelques séances puis avec des séances ponctuelles uniquement quand il y a quelque chose qui est présent dans le vécu.   

Pour la relaxation corporelle nous allons pratiquer un body scan et de la relaxation coréenne qui permet de sentir le contrôle dans le corps et de le relâcher. Il peut aussi y avoir de la méditation, du mouvement, du toucher sécurisant, etc. Pour les enjeux qui nourrissent le stress c’est le canal perceptuel qui est privilégié avec l’aide de cerceaux ce qui permet de ressentir à l’intérieur de soi les résistances, les peurs, le refus.

En préambule 

Pour une question d’éthique, je suis formée en psychopathologie mais sans être diplômée en tant que psychologue (je suis formée en coaching). Je ne traite donc pas les névroses, les TOC, les phobies et tout ce qui est chronique comme les troubles anxieux, les dépressions profondes, les addictions ou tout symptôme qui nécessite de consulter un psychologue ou un psychiatre. Ce travail peut être complémentaire avec un travail classique auprès d’un psychologue. Il n’est pas du tout indiqué en cas de troubles psychiatriques (troubles psychotiques, borderline, etc) et qui demandent un traitement spécifique. Si je le sens nécessaire je peux rediriger vers un psychologue et stopper les séances.