La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Présence à Soi et Non-Dualité

Accompagnement psycho-corporel et transpersonnel 

 

« Restez où vous êtes, ne changez pas votre façon d'être mais devenez disponible à votre fonctionnement émotionnel, intellectuel et sensoriel. Le silence que vous cherchez ne se trouve pas quelque part mais dans votre présence à ce qui se présente. » c’est ce que disait Jean Kein qui a diffusé le message de la non-dualité en Occident.

Il s'agit de s'ouvrir à son être spontané en abandonnant son personnage qui se nourrit d’histoires, de représentations mentales, de fantasmes, d’illusions et qui se leurre lui-même en continu nous empêchant d’être dans la réalité et surtout qui alimente nos souffrances. Quand l’égo lâche sa prétention qui consiste à croire tout contrôler et être l’auteur de comportements qui sont en réalité des automatismes et des conditionnements, une ouverture s’opère qui permet d’être totalement présent à ce qui est. En se réconciliant avec toutes les parts de soi-même, en étant libre de la structure de l’égo attachement/refus alors la vie est libre de se mouvoir sans résistances à ce qui est et donc de lâcher nos souffrances et de s’installer dans un espace hors du mental de paix, ouvert, spontané et non conditionné.  

 

Pourquoi consulter ?

Cette liste est tout le champ du possible mais c'est à voir ensemble ce qui est vraiment présent ici et maintenant dans votre parcours de vie :
- Vous souhaitez vous diriger vers l’équilibre, le centre de vous-même, là où se trouve le soi ou notre être spontané et ouvert. Pour cela il est nécessaire de se déconditionner totalement de toute structure de quête d’un moi idéal qui bloque tout le processus et qui maintient dans un faux self (ce qui est une structure caractéristique dans le monde du new age).
- Voir quels sont vos mécanismes qui vous maintiennent dans la souffrance.
- Vous sentez que vous avez perdu le contrôle de votre vie et que toutes sortes d'émotions enfuies sont remontées à la surface. Vous êtes dans la difficulté de gérer tout ce qui émerge et vous vous sentez perdu, déboussolé avec des anciens repères qui s'effondrent.
- Voir les rouages et mécanismes de votre personnage, de vos masques, de vos enjeux, de vos mécanismes de défense (la lutte, la fuite, le contrôle, la volonté : je veux/je ne veux pas, l'attraction/répulsion, l'attachement/refus).
- Vous vous identifiez à des parts de vous-même tout en rejetant son opposé ce qui prend alors beaucoup de place dans votre vie et vous ne savez pas comment vous en défaire
- Vous êtes conscient que vous être prisonnier de votre image, qu'il y a du jugement, de la comparaison, de l'évaluation.
- Vous vivez des schémas répétitifs (notamment dans votre vie affective) et vous rejouez des blessures.
- Vous êtes embarqué par vos émotions et votre mental et ça vous fait souffrir.
- Vous avez une problématique avec vos limites (ne pas savoir dire non, se laisser envahir, envahir l'autre, limites rigides).
- Voir clairement vos croyances bloquantes à propos de vous-même ou à propos de la spiritualité : dans la majorité des cas la spiritualité est utilisée comme système de défense afin d’éviter de faire face à ce qui est souffrant en soi et au service de nos besoins égotiques. Cela s'appelle le contournement spirituel. Au lieu d'affronter la réalité, on nourrit des illusions. Au lieu de devenir conscient, on devient de plus en plus non-conscient. Dans ce cas au lieu de nous ouvrir à notre être libre et spontané cela va au contraire renforcer notre égo et nourrir l’illusion d’avoir résolu nos problèmes alors qu’ils auront été plutôt refoulés ou déniés, cela va aussi nourrir une identité fausse de nous même basée sur des images, des représentations mentales ce qui va nous diviser encore plus (isolement, perte de relations proches, quête permanente, refus de plein de choses en soi). Le contournement mène à se déconnecter de la réalité et à se nourrir d'illusions, à rejeter notre humanité qui est vue comme n'étant pas importante, voire inférieure ou non spirituelle. Le contournement mène en réalité à adhérer à des croyances, des concepts, des rituels, des représentations du monde et à des doctrines (endoctrinement) et va nous amener à développer encore plus de défenses avec un enfermement sur une communauté de croyants qui partagent la même doctrine : tout cela indique que nous sommes de plus en plus coupé du Soi, donc au lieu que notre esprit s'ouvre, il se contracte et se ferme dans des règles, dans des vérités et des certitudes. Une grande partie des techniques et méthodes proposées sur internet sont en réalité au seul service de l'égo (pour obtenir plus de pouvoir, pour se rassurer, pour tenter de contrôler la vie).
Si vous réalisez que vous êtes bien dans un contournement spirituel ou que vous n'arrivez pas à distinguer ce qui est de cet ordre ou ce qui peut vous permettre de revenir dans votre être libre et spontané, ou encore si vous voulez conscientiser si les techniques que vous utilisez alimentent l'égo ou permettent de s'en décoller, les séances permettent de clarifier tout cela.
- Vous avez le sentiment de tourner en rond dans une quête, dans une recherche.
- Vous traversez la "nuit noire de l'âme", une crise spirituelle, un basculement de conscience, l'éveil (pas celui du new age qui est une représentation mentale pour nourrir une image de soi) ou une plongée dans vos peurs les plus profondes.


- Ou toute autre question ou demande en lien avec ce chemin d'auto-observation

  

La Présence à Soi 

La Présence à Soi implique d'être dans une attention à son expérience, à son vécu, à ses ressentis, à son mental et à ses émotions surtout quand nous tombons dans la réactivité. La réactivité, la contraction, cela indique que quelque chose en nous de non conscient a été activé et que cela nécessite notre pleine attention. Cette attention continue permet petit à petit de se décoller de notre mental et de devenir conscient de tout son fonctionnement et avec du temps de ne plus être dans la réactivité instinctive instantanée. C'est une modification profonde de notre perception et de la relation que nous avons avec nous-même en devenant plus intime avec soi, bienveillant, dans un espace de paix profonde, tout en développant plusieurs qualités :

  1. Voir : développer le discernement et l'auto-observation dans le non-jugement de ses émotions, pensées, schémas, enjeux, masques, illusions et mécanismes.  "Voir" permet de rentrer dans l'immédiateté et l'intimité de ce qu'il se passe. Avec une pratique régulière, il devient de plus en plus évident que cette présence consciente est un espace vaste, clair, lucide qui est en dehors du moi, de l’égo, de nos défenses. C'est notre sécurité de base contenante dans laquelle le contenu se déploie (les émotions, les pensées, etc.).
  2. Se désidentifier : nos pensées égotiques visent à nous donner un sentiment de contrôle sur la vie et d'identité mais à partir du mental, c-à-d à partir de constructions mentales, d'images et d'étiquettes dans lesquelles nous investissons notre identité. Pour aller au delà de l'égo, cela nécessite de ne plus s'identifier à nos pensées qui défilent dans notre tête mais de les voir défiler en étant comme un témoin qui se voit penser sans adhérer à tout ce que l'on pense. Cette désidentification permet de se relier à notre vraie identité qui n'est pas mentale, donc qui ne sont pas des images ou de représentations de soi.
  3. Ressentir : ressentir ce qui nous aspire dans la réactivité nous ramène dans le concret, dans la réalité de son propre vécu ce qui nous permet de plus en plus de sortir du mental qui projette sur les autres ce dont il ne prend pas la responsabilité, qui idéalise, qui nourrit des fantasmes et des représentations du monde et qui vit donc dans l’abstrait, les illusions et l’irrationnel. Il s'agit de rentrer pleinement dans l'expérience au lieu de la fuir, de l'éviter, de la nier, de la contrôler. C'est en ressentant que l'on peut passer d'une position de victime qui subit à la pleine responsabilité de tout ce qui nous traverse et que les croyances n’auront plus vraiment de sens car plus on va vers le réel de ce qui se vit en soi moins nous avons besoin de projeter à l’extérieur nos conflits, nos insécurités ce qui est la fonction même des croyances. Ressentir participe pleinement à la construction de nos limites et de notre sécurité intérieure, d’avoir un contenant. C’est donc un barrage contre l’irrationnel et le besoin d’être dans la réalité prend de plus en plus de l’ampleur.
  4. Accueillir : l'accueil est vraiment le socle de l'amour de soi en permettant de profondément modifier la relation que nous avons avec nos pensées, notre corps, notre vie, nos émotions et donc en cessant d'alimenter le refus, le jugement, le rejet qui sont des manifestations du déni de soi. En réalité il ne s'agit pas de chercher activement à accueillir mais bien de cesser de refuser ce qui nous déplaît (à l’exception bien sûr des liens toxiques) ou de chercher à saisir les choses qui nous plaisent. Etre pleinement avec ce qui est c’est notre état naturel mais ce sont nos résistances et nos peurs qui nous empêchent d’être dans cette présence. On ne peut donc pas l’atteindre par conséquent ce qui a besoin d’être vu c’est notre structure de défense et nos peurs. 
  5. Agir : action libre à partir de ce qui est, ici et maintenant. L'action se fait alors dans le non-effort, naturellement, il n'y a pas d'épuisement ou de fatigue. Il n'y a plus de recherche de saisie ou de refus, c'est un état d'ouverture et de disponibilité. Ce qui n'est pas le cas quand nous sommes dans la réactivité et pris par nos enjeux de lutte, de fuite, d'attaque, de contrôle, de volonté qui en tant que système de défense nous épuisent et nous maintiennent dans une forme de culpabilité avec un sentiment de ne pas en faire assez ou d'en faire trop, de nous mettre la pression, de rester dans le stress.

La Non-Dualité 

Tout ce que nous refusons de nous-même ou de la vie implique un conflit intérieur et une identification à son pôle opposé, ce qui nous maintient dans des constructions mentales, une identité fausse basée sur l’image et dans la dualité. Par exemple si nous refusons la faiblesse en nous-même, nous allons nous identifier à son pôle opposé qui est la force comme étant notre identité. Plus nous refusons la faiblesse plus nous allons alimenter le besoin d'être fort et plus nous serons identifié à ce pôle avec une identité alimentée par le mental et la structure attachement/refus. Cela peut aussi se manifester par des croyances et c’est très fréquent quand se joue en nous la dualité bien/mal : nous allons expulser ce conflit dans des représentations du monde manichéennes qui sont souvent de nature religieuse. Cela crée une obsession mentale et toute une partie de nos comportements seront alors alignés sur base de ce conflit, souvent à notre propre détriment ou au détriment des autres. Quand les deux pôles sont réconciliés et réunifiés il n'y a plus aucunes pensées qui se manifestent dans notre esprit à propos des concepts fort ou faible, ou bien ou mal et par conséquent il s’opère un détachement par rapport à ces concepts et les croyances n’ont plus de sens et vont disparaître. Ce détachement permet de sortir de la souffrance, de la division et il n'y a plus besoin de se défendre contre ça non plus. Le "moi" conceptuel et la structure de défense du moi commencent à s'effriter. La non-dualité consiste donc à se réconcilier avec soi-même, pour que ne subsiste plus rien qui ne soit rejeté en soi et plus rien qui ne s'oppose et donc plus aucune identification à quoi que ce soit. Ces refus nous maintiennent dans l'illusion de la séparation et dans la division à cause de tous ces conflits qui se vivent en nous. En réunifiant tous nos opposés en soi nos représentations mentales irrationnelles s’effacent et alors seulement peut advenir l'unité, la fin de tous nos conflits intérieurs qui implique de ne plus nourrir aucune forme de représentations mentales ni à propos de soi, ni des autres (plus de projection) ni sous forme de croyances spirituelles ou à propos du monde. Il n’y a plus besoin de défendre le « moi » car celui-ci s’efface au fur et à mesure que nos représentations mentales disparaissent. Le « moi » est une construction mentale alimentée par le mental pour projeter ses conflits et les défendre. C’est cette structure du moi conceptuel qui enferme notre esprit dans le mental irrationnel (les illusions) et nous empêche de vivre dans l’ouverture, dans notre être libre et spontané.

Pour mieux comprendre voilà un témoignage très parlant de Franck Lopvet qui était d’abord dans du développement personnel pour finalement s’ouvrir à la non-dualité. 

En préambule 

Ces rencontres sont des rendez-vous ponctuels d'une à plusieurs séances uniquement quand vous sentez que c'est juste pour vous et qui peuvent donc se réitérer quand vous le souhaitez. Ce n'est donc pas un suivi régulier pendant plusieurs mois ou années comme c'est le cas avec un coach ou un thérapeute parce que ce type d'accompagnement se fait avec ce qui est en train d'émerger et de se vivre dans l'ici et maintenant comme questionnement, frein, résistance, effondrement, déconstruction, épreuve. 

 
Pour une question d’éthique, j'ai une bonne connaissance de la psychopathologie et des différents troubles de la personnalité malgré que je ne suis pas psychologue mais c'est ce qui me permet de déceler si nous pouvons faire ces rencontres ensemble ou si il est plutôt nécessaire de consulter un psychologue afin de construire d'abord un niveau de sécurité intérieure suffisant. En effet le travail sur l'égo est la continuité d'un travail sur soi de nature psychologique sauf qu'il mène à la racine de la souffrance pour s'en libérer et accéder à la paix intérieure durable. Le travail que je propose est complémentaire avec une thérapie classique dans le sens où je travaille au niveau du ressenti corporel et dans le registre de la déconstruction de l'égo ce qui n'est pas le cas dans une thérapie classique mais c'est ce qui les rend complémentaires.